En présence de l’Ambassadrice de France au Liban, SE Madame Anne Grillo et de la Directrice Générale de l’Agence Campus France, Madame Béatrice Khaiat, 80 établissements d’enseignement supérieur français ont participé à une session consacrée au Liban le 3 mars dernier. Cette rencontre virtuelle s’inscrivait dans le cycle des « café croissant » organisés par l’Agence Campus France. Présidée par l’Ambassadrice, ce moment d’échanges avec les établissements d’enseignement supérieur français a permis de présenter les forces, défis et difficultés d’un secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche libanais en tension face aux différentes crises qui affectent actuellement le pays, de remercier les établissements français pour leur mobilisation exceptionnelle au lendemain de la double explosion du 04 août 2020 et d’encourager les établissements à poursuivre leur action en faveur des étudiants et de leurs homologues libanais.

La Directrice Générale de l’Agence Campus France a rappelé que la France reste le premier pays d’accueil des étudiants libanais en mobilité dans le monde, avec près de 6 500 étudiants inscrits en France en 2019-2020. Dans un contexte de forte dégradation économique et financière, l’espace Campus France Liban a enregistré une hausse importante du nombre d’inscriptions déposées auprès des établissements d’enseignement supérieur français pour la prochaine rentrée académique, signe préoccupant d’une jeunesse libanaise en quête de départ mais révélateur de la profondeur des liens qui unissent le Liban et la France.

L’Ambassadrice a notamment rappelé que la coopération éducative, universitaire et scientifique entre les deux pays constitue la clé de voûte du processus de relèvement du Liban, qui passe nécessairement par la formation de la jeunesse. Elle a appelé à une réflexion renouvelée sur les filières et secteurs stratégiques pour le Liban de demain et sur l’employabilité de ces nouvelles générations. L’enseignement scolaire et universitaire libanais, reconnus régionalement et internationalement pour leur qualité, représentent un capital primordial qu’il convient de préserver. A ce titre, elle a prôné une coopération qui promeuve l’excellence académique et scientifique ainsi que l’égalité des chances, notamment pour les jeunes femmes libanaises.

La Conseillère de Coopération et d’action culturelle, Madame Marie Buscail a, pour sa part, détaillé les mesures mises en place par la France et l’Ambassade : mesures exceptionnelles de soutien aux étudiants libanais en France (programme Ma’akum) et aux établissements libanais (appui à l’enseignement à distance et à l’utilisation du numérique), programmes de bourses annuels (engagement présidentiel pour un doublement de l’enveloppe de bourse pour l’année universitaire 2021-2022), bourses cofinancées avec des établissements français, soutien à des appels à projets scientifiques. Elle a souligné le rôle essentiel que les établissements français doivent jouer auprès de leurs partenaires universitaires et scientifiques libanais dans cette conjoncture fortement dégradée.

Le grand nombre de questions suscitées par les interventions successives a confirmé le vif intérêt des établissements d’enseignement supérieur français pour le Liban et pour les étudiants libanais.
Pour plus d’informations sur les activités de l’Espace Campus France Liban, consultez leur site internet.

Partager :